Costa Brava

Au pays du Grand Masturbateur

Voyage Grand format

OUBLIEZ L’IMAGE D’UNE CÔTE TROP BÉTONNÉE ! LA COSTA BRAVA RÉSERVE DE BELLES BALADES AUSSI NATURELLES QUE CULTURELLES.

Bienvenue dans «le paysage le plus concret et le plus objectif du monde.» Dali définissait ainsi la région de l’Empordà, ce bout de terre baigné de soleil et de saveurs catalanes qui s’enracine dans les contreforts pyrénéens pour se jeter dans les eaux de la Costa Brava. Cette côte n’évoque bien souvent que plages bétonnées et marinas proprettes. Pourtant l’Empordà recèle aussi quelques jolis coins de nature, de culture et d’histoire. Alors si l’envie vous prend de troquer le maillot contre les godillots… Sur la montagne de Colera, après la visite de l’antique château de Molinas, notre première balade grimpe à travers les feixas. Ici les hommes ont transformé les flancs des montagnes en escaliers démesurés. Les feixas sont des terrasses en paliers qui, soutenues par des murets de pierres, défient les pentes. Elles racontent un temps où chaque parcelle gagnée sur les lois de la pesanteur était cultivée. Aujourd’hui, la plupart sont à l’abandon. Seuls de vieux oliviers au tronc noueux et quelques mas ruinés racontent encore ce temps où l’huile et la vigne faisaient la richesse de la région.

Ailleurs, le sol trop pauvre, trop caillouteux, trop sec a conservé sa végétation naturelle de genêts, de cystes, de lavandes et de chênes verts buissonnants. Inversant les rôles, notre guide Bruno nous interroge : « Maquis ou garrigue ? » Silence gêné dans l’assemblée des arpenteurs « La végétation du maquis pousse sur sol siliceux. La garrigue, elle, préfère les sols calcaires. Et donc ici c’est ? C’est ? … De la garrigue

La Torre de les Hores (Tour des heures) et l’église Sant Pere veillent, toutes deux, sur un entrelacs de ruelles, d’arcades et de petites places alanguies sous la torpeur. Joliment restaurée, la vieille ville de Pals vécut longtemps de la culture du riz dont les terrassements marquent encore les paysages alentours. Elle est l’un des plus beaux ensembles moyenâgeux de la Catalogne. Mais pas le seul. Pour continuer notre balade médiévale, cap au nord. Le GR 92 traverse le village de Palau Sator qui possède lui aussi une fort honorable Tour des heures.

MARCHER SUR LA COSTA BRAVA

Le voyagiste Allibert trekking a inventé une randonnée confort et tout à fait accessible pour arpenter la face cachée de la Costa Brava, en compagnie d’un guide diplômé et francophone.
Ce circuit « Cadaquès et montagnes catalanes» peut s’inscrire dans la continuité d’une très belle randonnée entre Collioure et Cadaqués.

Espagne - Costa Brava - Cadaquès ! Toute autre légende serait superfétatoire.

Cadaquès ! Toute autre légende serait superfétatoire.

Le chemin de grande randonnée emprunte ensuite le vieux pont de Gualta. Le fleuve El Ter traversé, le but de notre promenade historique s’impose. Le massif de Montgrì domine la plaine et la mer. Pas étonnant qu’au XIIIe siècle, le roi Jacques II de Majorque choisit cette colline rocheuse de plus de 300 mètres pour y établir une citadelle. La grimpette, à éviter aux heures les plus chaudes, est bien vite oubliée. Ce château fort, aux quatre tours d’angle et aux murailles bien crénelées, ne fut jamais terminé, mais son chemin de ronde offre un panorama à 360°. Côté terre, la plaine cultivée de l’Empordà vient buter contre les Pyrénées. Côté mer, les sept iles Medes ; plutôt de gros rochers qui furent des siècles durant le refuge des pirates et le sont aujourd’hui pour la faune et la flore. Autre haut lieu de l’histoire locale, le monastère de Sant Pere de Rodes. Pour y accéder, l’ancien chemin des muletiers sillonne sans vergogne la montagne de La Verdera. Accroché à flanc de colline, l’impressionnante abbaye bénédictine connut son apogée entre les XIIe et XIIIe siècles. Ce chef-d’œuvre de l’art roman est un magnifique belvédère. Cinq cents mètres au-dessus du cap Creus, il veille sur l’ultime soubresaut terrestre des Pyrénées qui, ici, disparaissent sous les flots.

Le mot de Jean-Philippe

« Cette semaine passée dans l'arrière-pays de La Costa Brava a vraiment été une belle découverte. La région est idéale pour randonner au printemps et à l'automne. La visite du Théâtre-Musée de Dali est un passage obligé.»

Mais avant cet ultime plongeon, les assauts incessants de la houle, l’implacable chaleur du soleil et les gifles répétées de la Tramontane ont sculpté le granit du cap pour faire du point le plus oriental de la péninsule ibérique un improbable land art naturel. Un paysage qui prend toute sa dimension aux heures vespérales, alors que les ombres s’étirent ; un théâtre de formes et de lumières auquel même Dali ne résista pas. Le cap Creus figure sur plusieurs de ses toiles, dont Le Grand Masturbateur qu’il peint en 1929 et Le spectre du sex-appeal daté de 1934 sur lequel il se représente enfant face à l’image du sexe féminin.

Salvador Felipe Jacinto Dalí i Domènech est l’enfant du pays et le grand excitateur de la fierté catalane.

Précédent
Suivant

Cadaquès, Port Alguer peint par Dali en 1923. Peinture réalisée à l’air libre. C’est une vision structuraliste de Cadaqués. La mer et ses reflets sont exécutés à l’aide de coups de pinceaux à la manière impressionniste. Lire la suite.

Pêcheur face à Gala, Portlligat.

Ruelle de Cadaquès.

Né et mort dans la ville de Figueres, il y fit élever, dans les ruines de l’ancien théâtre, son théâtre-musée : « Le théâtre municipal, ce qu’il en restait, m’a semblé très approprié et pour trois raisons. La première parce que je suis un peintre éminemment théâtral, la seconde parce que le théâtre se trouve juste devant l’église où j’ai été baptisé et la troisième, parce que c’est très précisément dans la salle du vestibule du théâtre que j’ai fait ma première exposition de peintre.»

Peintures, dessins, sculptures, gravures, installations, hologrammes, stéréoscopies, photographies, bijoux… 1500 œuvres forment ce temple du surréalisme. Plus intimes mais tout aussi baroques, deux autres lieux racontent l’artiste et sa muse. Le château Gala Dali situé dans les plaines, à une quarantaine de kilomètres de Figueres et la maison-musée constituée de baraques de pêcheurs mitoyennes que Salvador Dali acheta dans les années 1930, tout près de Cadaquès.

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Espagne - Costa Brava - Chevaux dans le parc naturel dels Aiguamolls de l‘Empordà.

Chevaux dans le parc naturel dels Aiguamolls de l‘Empordà.

Quelques arpents de marécage sauvegardés dans les années 70 forment désormais le parc naturel dels Aiguamolls de l‘Empordà. Dissimulé derrière le cordon de dunes du golfe de Roses, un réseau de chemins bien aménagé et de cabanes d’observation permettent de surprendre des chevaux pataugeant au milieu des iris, des taureaux goûtant les salicornes ou le regard inquiet d’un daim. Et pour ceux qui ont l’âme d’un ornithologue, les roselières, les lagunes saumâtres et les étangs abritent une foultitude d’oiseaux dont les noms sont, à eux seuls, des invitations au voyage, la lusciniole à moustache, la comète coussut, le glaréole à collier ou la guifette leucoptère. C’est ce paysage baigné d’eau que découvrirent les Grecs puis les Romains. Ils s’établirent successivement sur la Costa Brava afin de développer le commerce. Sur le golfe de Roses, le site d’Empúries fut un des ports les plus importants de l’Antiquité.

Aujourd’hui les vestiges des thermes, du forum, de l’amphithéâtre et des nombreuses domus couvrent une superficie de 150 hectares. Le terme d’Empúries – du grec emporion (comptoir ou entrepôt) – a donné son nom à toute la région de l’Empordà.

En pente douce, la sente lambine, au rythme du chant des cigales, dans les odeurs de pins parasols. Elle tutoie souvent le vide, surplombe les calanques et ondule au fil des caps. Les sentiers maritimes sont nombreux, offrant d’incroyables panoramas sur une côte déchirée, morcelée, sauvage, comme l’avait qualifiée le poète espagnol Ferran Agulló en la dénommant brava. Nous faufilant parmi les arbousiers, nous glissons maintenant vers une petite crique. Sans hésiter, nous abandonnons lâchement sacs à dos, shorts et t-shirts sur les galets, pour piquer une tête dans la fraîcheur de cette Méditerranée qui scintille aux premières douceurs printanières.

La Costa Brava sans les plages...

Renseignements : Pour préparer son voyage et repérer les lieux à ne pas manquer : L’Agència Catalana de Turisme.

Visiter : A Figueres, l’incroyable Théâtre-Musée de Dali et à Portlligat, son ancienne maison et n’oubliez pas de jeter un œil sur l’incroyable retable baroque de l’église de Cadaqués

Se restaurer : Ici les tapas se disent Pica pica, ce qui ne gâche en rien le plaisir de partager une assiette d’escalivada (légumes grillés), de piments farcis ou de fèves à la catalane. Sur la côte, les anchois de l’Escala, les gambas de Palamós, les petites lottes de Roses se dégustent grillés comme les seiches ou à l’ail comme les morues, mais toujours accompagnés d’huile d’olive. Le vin de L’Empordà se marie avec les desserts tels les xuixos à la crème catalane.

À Lire : Sergi Lara et Jordi Puig La traversée de la Costa Brava, un guide de toutes les randonnées côtières depuis Collioure en France jusqu’à Blanes en Espagne. Éditions Triangle Postals.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Retour haut de page

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp