Les maîtres du naïf, peintres et ouvriers

Vous connaissez sans doute déjà les toiles du Douanier Rousseau ou de Séraphine de Senlis. A l’expo « Les grands maîtres du naïf » du Musée Maillol à Paris, j’ai eu plaisir à découvrir d’autres peintres oubliés. Camille Bombois, auteur de nus puissants, fut un lutteur de foire et un employé d’imprimerie. Dominique Peyronnet, qui s’évadait par ses marines et ses baigneuses (notre photo), avait été gazé pendant la Première Guerre mondiale et travaillait comme lithographe. Louis Vivin, qui peignit les animaux de la jungle à la manière des enfants, était employé des Postes… Leur point commun : ils nous embarquent dans leur monde! Pourtant, ils ignoraient les règles de l’Académie, ils ne respectaient pas la perspective et manquaient décidément de technique. Et alors? 

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp