Carnet d’adresses

L'Oise, mon jardin des quat' saisons

FATIGUÉ DES TRACAS DE PARIS? FILEZ VOUS METTRE AU VERT DANS LES BEAUX JARDINS DE L’OISE, AUX PORTES DE LA CAPITALE. ON A TESTÉ POUR VOUS 7 BALADES 100 % CHLOROPHYLLE DE BEAUVAIS A CHANTILLY. 

Au vert dans les jardins de La Maison & l’Atelier, à Crouy-en-Thelle, près de Chantilly 

Penché sur son chevalet, l’artiste croque le paysage d’un coup de crayon sûr : là le bassin aux nénuphars, bordé par le feuillage géant des gunneras du Brésil, le fouillis savamment orchestré des asters et des dahlias… Non, nous ne sommes pas dans le jardin de Monet à Giverny, mais dans celui d’André Van Beek près de Beauvais. « Gamin, je rêvais de devenir peintre, j’adorais aussi la nature. Alors devenu grand, j’ai transformé la ferme de mes parents en un jardin à peindre», raconte le septuagénaire. Avec son épouse Marie-Thérèse, il a aménagé sur le domaine familial des bassins reliés par des cascades, réuni une impressionnante collection de nénuphars, rebâti la maison dans le style picard, et planté des fleurs à tour de bras, pour toutes les saisons… Depuis, les visiteurs viennent jusque du Japon découvrir son petit paradis, classé jardin remarquable. Certains repartent avec une toile sous le bras. Par ici la visite!

L'histoire côté rue/côté jardin à Gerberoy

Classé parmi les plus beaux villages de France, Gerberoy se niche entre les collines du pays de Bray, à 20 km de Beauvais. Fondée avant l’an 1000 à quelques lieues de la frontière normande, cette place forte fut au Moyen Age l’enjeu de batailles acharnées entre Français et Anglais. « En 1079, Guillaume le Conquérant, alors roi d’Angleterre, y affronta même son fils Robert de Courteheuse, allié au roi de France Philippe 1er », raconte Françoise Guénot, une des 97 habitantes du village. Maisons de briques ou à colombages, ruelles pavées garnies de roses, Gerberoy doit aussi sa célébrité à l’atelier et au jardin « à l’italienne » du peintre Henri Le Sidaner, qui y vécut dans les années 1900. Aménagé en terrasses sur les anciennes murailles, semé d’angelots et d’un petit temple à l’amour, il domine les toits safranés et les collines alentours. Par ici la visite! 

Pour l'amour de l'art et des roses au Domaine de Chaalis

Créée par la Cardinale d’Este au XVIe siècle, redessinée il y a 20 ans, la roseraie du Domaine de Chaalis se blottit à deux pas des ruines romantiques de l’abbaye royale du XIIe siècle et du palais annexe, devenu musée. Au fil des allées enrubannées de fleurs, variétés anciennes et modernes bercent le promeneur de leur parfum délicat. Ici une Belle de Crécy, une Madame Hardy, plus loin une Albertine aux pétales adorablement chiffonnés… Si la floraison est à son apogée en juin, lors des Journées de la rose, le jardin se laisse admirer jusqu’en automne. Au fil du parcours, on se plait à imaginer la dernière propriétaire des lieux : Nelie Jacquemart, veuve du banquier Edouard André, qui établit sa demeure au palais en 1902 et y rassembla une remarquable collection d’art. Par ici la visite! 

Rêverie sous les arbres au parc Jean-Jacques Rousseau

C’est à Ermenonville que s’ouvrent les grilles du parc Jean-Jacques Rousseau. Ce jardin paysagé de 60 ha fut conçu au XVIIIe siècle par le marquis de Girardin, fervent admirateur et ami du philosophe. « Avec une armée de 70 jardiniers, il fit creuser un lac bordé de chênes, installa des moutons dans les prés alentours, sema enfin le décor de fausses grottes, de stèles gravées de citations, d’un petit temple à la Raison. Son objectif : faire de son domaine une ode à une nature idéale », explique Corinne Charpentier, la directrice du parc. Après la mort de Rousseau, un monument fut érigé à sa mémoire sur l’île aux peupliers, au milieu du lac, et le parc devint lieu de pèlerinage pour les Romantiques : Musset, Nerval, Proust vinrent s’y recueillir. Un lieu encore propice à la méditation philosophique, malgré la fermeture récente du centre culturel qui l’animait. Par ici la visite!

Jardins clos et toiles-fleurs à Senlis

Ce sont des jardins plus secrets qui vous attendent dans la paisible ville médiévale de Senlis. Des ruines du château royal au chemin des remparts, qui longe la rivière Nonette, des petits trésors s’égrainent à l’abri des murs de pierre, des portes cochères. Modèle du genre : le havre de verdure qu’abrite la maison d’hôtes Côté Jardin, derrière sa cour pavée et son porche. Le matin, on y savoure le petit-déjeuner entre terrasse et piscine, sous les rosiers…  Profitez de votre passage ici pour découvrir le Musée d’art et d’archéologie. Il abrite (entre autres) les toiles-fleurs de la peintre autodidacte Séraphine de Senlis (1864-1942). Un des plus beaux rôles de Yolande Moreau dans le film de Martin Provost. Mystiques et gorgés de couleurs, ses bouquets de marguerites, ses arbres de paradis emportent l’imagination. Par ici la visite! 

Jeux d'eau et fausses chaumières au Domaine de Chantilly

Avec son château au bord de l’eau, son canal de 2,5 km, ses parterres à la française et ses grandes écuries, le domaine de Chantilly impressionne. C’est en 1643 que le prince de Bourbon-Condé confia l’aménagement du parc à André Le Nôtre, le jardinier de Versailles.  Dés lors, Chantilly devint un haut-lieu de la vie mondaine. « Jeux d’eau, feux d’artifices diurnes, labyrinthe végétal, jeu de l’oie en plein air : rien n’était trop fou pour distraire la cour en ce jardin», raconte Ludovic Senepart, un des guides du domaine. La noblesse venait aussi banqueter dans les « chaumières à surprises » du Hameau, d’aspect rustique à l’extérieur, décorées comme les pièces d’un château à l’intérieur ! Courez au restaurant d’à-côté déguster une coupe de framboises à la crème Chantilly, inventée ici-même en 1784… Par ici la visite!

Courses de lapins et cie au Potager des Princes

Avec des enfants, poussez l’aventure jusqu’au Potager des Princes, au coeur de la ville de Chantilly. Sauvée de justesse des promoteurs immobiliers par le pétillant Yves Bienaimé, l’ancienne faisanderie des Condé est devenu un parc animalier, où tout est prétexte à rire et à apprendre : la collection de perruches et de canards « pompon », les courses de poules et lapins en live ou les expressions sur les fruits et légumes. C’est « bête comme chou », mais les petits « hauts comme trois pommes » adorent. Par ici la visite! 

ON PASSE LE WEEK-END DANS L'OISE?

A GERBEROY

On déjeune au Jardin des Ifs. Terrasse gourmande et ifs quatre fois centenaires dans l’ancienne demeure du vidame de Gerberoy.

On dort au Logis de Gerberoy. 5 chambres de charme sous les poutres, dans une maison à colombages du XVIIe siècle.

A CHANTILLY & AUX ENVIRONS

On déjeune au Hameau. Une cuisine du terroir, au cœur du jardin anglo-chinois du parc. Avec l’incontournable Chantilly sur fruits au dessert.

On dort à La Maison et l’Atelier à Crouy-en-Thelle. Un B&B à l’esprit design et des petits déjeuners gourmands dans une maison picarde ouverte sur un beau jardin.

Se renseigner. Oise Tourisme

Y aller : depuis Paris, en voiture par la A86 ou en train au départ de la Gare du nord (Chantilly à 20 mn, Beauvais à 1 h 10). Location de voiture à Beauvais centre sur ada.fr

Recevez chaque mois la Newsletter qui élargit vos horizons !

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Retour haut de page

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp