Lisbonne

Sur les traces de Vasco de Gama

Voyage Grand Format

IL Y A MILLE ET UNE FAÇONS DE DÉCOUVRIR LA CAPITALE PORTUGAISE, J’AI CHOISI LE FAMEUX NAVIGATEUR COMME GUIDE…

En ce 8 juillet 1497, la foule se masse sur le port de Belém. L’événement est d’importance. Quatre grands navires commandés par Vasco de Gama s’apprêtent à quitter Lisbonne. Sur les ordres du roi Manuel Ier, le jeune navigateur part ouvrir une nouvelle route vers les Indes, une route maritime qui passera par le cap de Bonne espérance, découvert au sud de l’Afrique une décennie auparavant… Premier Européen à atteindre les côtes indiennes, Vasco de Gama va bientôt ouvrir au Portugal les portes du commerce des épices et devenir un héros national. Figure des anciens billets de 5 000 escudos, il est aujourd’hui encore omniprésent dans la capitale lusitanienne : une tour, un pont (de plus de 17 km, soit le deuxième plus long d’Europe) et même un centre commercial portent son nom.

Grimpez sur l’arc de Triomphe de la place du Commerce, il y est représenté en bonne place. Selon un récent sondage, 97 % des Portugais savent ce que le navigateur a fait. Commençons là où s’ancre la légende, dans le port de Restelo, le futur Belém. Ce port, Vasco de Gama le voit évoluer toute sa vie. Sous l’impulsion du roi Manuel Ier, il devient l’un des quartiers les plus courus de la capitale. La construction du monastère des Hiéronymites y débute en 1502, officiellement pour remercier la Vierge Marie de Béthléem (d’où le nom ultérieur de Belém) d’avoir protégé le voyage de Gama ; officiellement seulement, car la commande est bien antérieure au départ du navigateur.

PARTIR A LISBONNE

Vous trouverez mille et un sites sur Lisbonne et le Portugal. Visiter Lisbonne est celui d’une véritable amoureuse de la ville. Il  est assez complet et très bien fait. Une bonne adresse avant de partir.

Le cloitre du monastère des Hiéronymites

Dans un pur style manuélin, le cloitre du monastère des Hiéronymites est un chef d’œuvre architectural, à ne manquer sous aucun prétexte.

En revanche, les richesses rapportées par Vasco de Gama et la mise en place du commerce avec l’Inde vont permettre l’embellissement du vaste bâtiment religieux, qui glorifie et symbolise la puissance coloniale portugaise. Aujourd’hui, l’attraction touristique majeure en est la tombe du vice-roi des Indes, titre accordé au navigateur par le roi. Ses restes, ou présumés, ont été transportés ici en 1880 et accueillent le visiteur à l’entrée de l’église. Là n’est pas le seul lieu où repose la gloire nationale; un cénotaphe se trouve aussi au Panthéon, dans l’ancienne église de Santa Engrácia, de l’autre côté de la ville. Autre monument incontournable de Belém : sa tour, aussi construite sous le règne Manuel Ier. Destinée à défendre l’entrée du Tage, elle est, avec le monastère, l’un des rares bâtiments de style manuélen à avoir survécu au temps.

Le mot de Jean-Philippe

« Ne croyez pas ceux qui vous disent que 24 et même 48 heures suffisent pour visiter Lisbonne ; la ville aux 7 collines est bien trop riche. Il vous faudra un peu plus de temps pour apprécier la qualité de ses musées comme le bonheur de se perdre dans ses ruelles commerçantes. »

En revanche ne croyez pas ceux qui vous disent qu’elle s’est trouvée déportée sur les bords du fleuve lors du séisme de 1755. C’est bien plutôt le rétrécissement de l’estuaire du Tage qui l’a posée sur la rive. A son glorieux retour, le navigateur est accueilli par le roi avec toute la pompe qu’il se doit au château Saint-Georges.E

Recevez chaque mois la Newsletter qui élargit vos horizons !

Le Monument aux découvertes fait face à une réplique du Corcovado de Rio.

Mappemonde en marbre vue depuis le Monument aux découvertes.

Vasco de Gama par le peintre António Manuel da Fonseca en 1838.

L’ancienne forteresse domine toujours la ville. Sise sur l’une de ses plus hautes collines, elle fut phénicienne, romaine et maure et sa visite offre un plongeon dans l’histoire lisboète et l’un des plus fameux points de vue sur la capitale. A quelques encâblures, le monastère de Sao Vicente de Fora fut construit en 1147 par Afonso Henriques, premier roi du Portugal, suite à la reconquête de Lisbonne sur les Maures. N’y manquez pas ce que notre navigateur ne put jamais voir, une collection d’azulejosreprésentant une quarantaine de fables de La Fontaine. Inattendu et amusant. L’occasion aussi de se perdre dans le quartier de l’Alfama, qui a gardé tout son charme médiéval puisqu’il n’a pas souffert du tremblement de terre. Ce ne fut malheureusement pas le cas de l’église des Carmes, sur la colline d’en face. Détruite en partie par le séisme, celle qui fut l’une des plus grandes églises de Lisbonne au temps du navigateur, est depuis restée en l’état, une partie abritant un étonnant petit musée archéologique.

Afin de boucler notre parcours sur les traces de Vasco, il faut retourner à Belém et, tout en dégustant les fameux pastéis (petits flans ronds à déguster toute la journée) du port (les meilleurs paraît-il), grimper au sommet du Monuments aux découvertes. S’avançant au-dessus des eaux, cette improbable proue de béton flanquée des grands explorateurs nationaux fut élevée pour le 500e anniversaire de la mort du roi Henri le navigateur, considéré comme l’instigateur des grandes explorations lusitaniennes. «Il faut replacer la construction de ce monument dans son contexte, précise Anna, notre guide. En 1960, c’est l’époque du dictateur Salazar et les désirs de colonisation ultramarine sont encore très présents. Ils ne sont plus de mise aujourd’hui. Mais le monument fait désormais aussi partie de notre histoire et donc de notre patrimoine.» Un patrimoine si riche pour la capitale la plus occidentale d’Europe et dont le nom signifierait « la baie agréable ».

A n’en pas douter !

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Lisbonne - Porte d’entrée de la ville, la tour de Belém protégeait l’embouchure du Tage et le monastère des Hiéronymites

Porte d’entrée de la ville, la tour de Belém protégeait l’embouchure du Tage et le monastère des Hiéronymites.

VISITER LISBONNE

Renseignements : Office du tourisme de Lisbonne.

Quelques musées pour compléter la visite.

Le musée de La Marine : Situé dans le même bâtiment que le Monastère des Hiéronymites, il présente une incroyable collection de maquettes retraçant toute l’histoire de la flotte lusitanienne.

Lisboa Story Center : Sur la très belle place Terreiro do Paço, (ou Place du commerce) ce musée interactif et dynamique raconte toute l’histoire de Lisbonne. Une heure pour traverser 2 000 ans… Un vrai coup de cœur à faire en famille.

Les deux musées des coches : Même si les plus anciens carrosses présentés datent du XVIIe siècle et sont donc sont postérieurs à notre navigateur, l’extraordinaire collection dans les deux bâtiments, situés de part et d’autre de la Praça Afonso de Albuquerque, méritent une visite.

A lire : Dans la biographie Vasco de Gama, légende et tribulations du vice-roi des Indes, l’historien Sanjay Subrahmanyam écorne le héros national. Vasco de Gama n’est plus ce navigateur intrépide qui a découvert les Indes, mais un marchand de la petite noblesse avide de richesses. Il est missionné par un roi qui rêve de construire un vaste empire chrétien. Le livre souligne aussi que lors de leur « découverte » par Vasco de Gama, les côtes indiennes étaient déjà fréquentées par des marchands vénitiens, égyptiens, maghrébins, yéménites… Alma Éditeur.

Recevez chaque mois la Newsletter qui élargit vos horizons !

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Retour haut de page

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp