LA SYRIE

avant...

10 images, un voyage

Par Jean-Philippe Noël
Syrie Saint Simeon

36 ans

perché

Au petit matin, le monastère Saint-Siméon était totalement désert. J’en garde le souvenir d’un long moment de tranquillité d’âme…  Pure ataraxie. La lumière qui s’élevait au-dessus de l’inatteignable ligne d’horizon éclairait les arches les unes après les autres. À cet instant, je comprenais que Saint Siméon, dit le stylite, resta planté sur sa colonne durant 36 ans. Oui, 36 années à méditer et à prier, seul, sur son pylône de pierre. Au cœur du monastère, daté du Ve siècle et pur chef-d’œuvre byzantin, une grosse pierre serait le vestige de cette colonne de 18 mètres de haut. Le monastère a été victime de frappes le 12 mai 2016.

Citadelle

imprenable

Dans la lumière du soleil couchant la citadelle d’Alep en impose. Comment témoigner de sa démesure ? Elevée par un des fils de Saladin au XIIIe siècle et réputée imprenable, elle le fut pourtant à plusieurs reprises, mais jamais ne fut détruite. Elle est aujourd’hui au coeur de la ville d’Alep. Toujours debout elle a été réouverte aux visiteurs en 2016. Le régime de Bachar Al-Assad en place en aurait fait un symbole de sa résistance à l’opposition.

Syrie-Alep-Citadelle-remparts-

Souvenirs

de souk

Situés dans la vieille ville, les souks d’Alep sont considérés comme le plus grand marché couvert au monde, avec une étendue d’environ 13 kilomètres. La majeure partie des bâtiments datent du XIVe siècle et certains aiment à les présenter comme les plus anciens souks du monde toujours en activité.

Ils ont été classés au patrimoine mondial de l’Unesco dès 1986.

En 2012, la ligne de front les traversait, ils ont été détruits. La reconstruction a commencé.

Dans les pas de

Cléopâtre

La journée commençait plutôt mal, entre pluie et brouillard. Autant le dire, l’idée de découvrir l’un des sites archéologiques majeurs de Syrie avec un temps de m…  me rendait plutôt morose. La grande colonnade d’Apamée, ce sont 400 colonnes qui tracent la plus belle avenue antique. Au temps de sa splendeur, au tout début de notre ère, la ville pouvait compter jusqu’à 500 000 âmes. En 36 av. J-.C., Cléopâtre s’y rend avec Marc-Antoine. Au fur et et mesure que je m’y promenais,  cette colonnade nimbée de brouillard m’a paru surgir de l’Histoire… Un spectacle irréel ! Durant tout le conflit, le site a souffert  de  fouilles  illégales.

Syrie-Apamé-brume
Syrie-Krak-Chevaliers 2

Le plus beau château

du monde

Je l’avoue, c’est un peu à cause de lui que j’avais entrepris ce voyage. Un article écrit sur les forteresses d’Orient, qui ont tant influencé les châteaux forts de mon enfance, m’avait passionné…  Célébré par T. E. Lawrence (Lawrence d’Arabie) comme « le plus beau château du monde, certainement le plus pittoresque », le Krak des Chevaliers domine la plaine d’El-Bukela, à l’ouest de la Syrie, de ses dimensions gigantesques. 300 m de long, 140 m de large ! A l’époque des croisades, il fut considéré comme la « clef de la Terre sainte ». Occupé un temps par les armées djihadistes, il a, semble-t-il, peu souffert des batailles livrées à ses pieds. Il est en cours de restauration.

Mort d'un

symbole

Palmyre… Son temple de Bêl, construit en 32 ap. J.-C., détruit à l’explosif le 30 août 2015 par Daech.  Deux fois envahie par les djihadistes, son conservateur, Khaled Assad, décapité, plusieurs de ses temples volontairement mis à bas, la Perle du désert est le symbole de la destruction des archives de pierre, et donc de notre histoire, en Syrie.

Fille du désert,  l’oasis de Palmyre était, bien avant notre ère, une cité de marchands  caravaniers. Sous l’époque romaine, elle devint une ville de tout premier ordre, au carrefour des routes venant d’Asie et repartant vers l’Occident. Le parfum d’une femme plane encore au-dessus de ses ruines. Celui de la reine Zénobie, qui se rêva  mère d’empereur de Rome. 

Syrie-Palmyre-Temple-Bel
Syrie-Sergilla-auberge

Village de

de pierre

Je me souviens de notre arrivée, d’un petit parking au milieu de nulle part. Et surtout de ne pas savoir du tout ce que nous allions voir. Le nom de Sergilla, inscrit sur mon programme, n’avait pas retenu mon attention. Sergilla est l’un de ces nombreux villages de pierre, bâtis en Syrie à l’époque byzantine, entre le Ier et le VIe siècle. Le temps n’a pas réussi à lui faire courber la tête. Son plan d’urbanisation est si facile à comprendre, certains de ses bâtiments si bien préservés que l’on a envie de s’arrêter dans son auberge pour boire un verre. 

Il était...

un pont

Traverser ce pont qui enjambe l’Euphrate, c’est entrer dans l’histoire de  l’Humanité. L’Euphrate est l’âme du Croissant fertile, cette terre mythique, biblique et historique, où tout a commencé.  Sur les rives de ce fleuve, l’homme a semé ses premiers grains de blé, tracé les premiers écrits, pensé la civilisation…

Le pont des Français a été construit entre 1927 et 1929 lors du mandat français en Syrie, d’où son nom. Promenade dominicale et symbole de la ville de Deir ez Zor, il a été détruit le 2 mai 2013 par les forces de la coalition contre l’État islamique.

Syrie-Pont-des Français-Euphrate
Syrie-temple-Aï Dara - Ishtar-lion

Le lion

est mort

En janvier 2018, les bombardements ont détruit, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, 60 % du temple d’Aïn Dara. 3 000 ans se sont effondrés suite à une frappe aérienne. Que reste-t-il de ce lion et  du temple dont il gardait l’entrée?

Il  avait été édifié probablement en l’honneur de la déesse Ishtar. Sur le seuil, de grandes empreintes de pied symbolisaient sa présence….

Changement de

liste

Mais la déesse ne veille probablement plus sur les humains… 

En Syrie, des centaines de sites classés Patrimoine historique ont subi des dommages parfois irréparables. Ils ont été victimes d’actions volontaires ou de dommages collatéraux lors de frappes aériennes ou de tirs d’artillerie. Parallèlement, des réseaux de trafiquants ont profité de l’absence des autorités pour intensifier les fouilles. Leur but : récolter des objets précieux et des oeuvres d’art pour les revendre sur le marchés européen, étasunien ou dans les pays du Golfe. Après huit ans de guerre, les sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en Syrie le sont désormais sur celle des sites en danger.

Syrie-temple-Aï Dara - Ishtar-Empreintes

Iconem, une start-up française au chevet de Bêl

Ce ne sont pas moins de 35 000 clichés de Palmyre qui ont été pris depuis des drones juste après la libération du site. But de l’opération, reconstituer en 3D les principaux bâtiments détruits par Daech. En collaboration avec des archéologues syriens, la start-up française Iconem a relevé le défi. Fondée par un architecte Yves Ubelmann (vidéo : interview TV5Monde – juin 2016) et un pilote d’avion et d’hélicoptère, Philippe Barthelemy, Iconem a pour ambition de préserver la connaissance du patrimoine menacé en utilisant des technologies innovantes, dont la prise de vue aérienne et la modélisation en 3D. Une technologie que la start-up française est aujourd’hui la seule au monde à exploiter !

Retour haut de page

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp