CÔTES-D'ARMOR

Kreiz Breizh, coeur de Bretagne

LE KREIZ BREIZH, C’EST LE COEUR DE LA BRETAGNE , EN PLEIN MILIEU DES TERRES. UN PAYS OÙ ON PARLE ET ON APPREND ENCORE LE BRETON. LÀ-BAS, IL N’Y A PAS LA MER. MAIS ON SE BAIGNE L’ÉTÉ  CÔTÉ LAC, ON COLLECTIONNE LES CHAPELLES ET LES MENHIRS. ON RANDONNE ENTRE LANDES ET TORRENTS. MES ÉTAPES COUP DE COEUR AU FIL DES SAISONS.

La Bretagne sans la mer, c’est impensable pour beaucoup. Et pourtant, il n’y a pas plus breton que le Kreiz Breizh! Située au centre exact de la péninsule armoricaine, dans les Côtes d’Armor, cette micro-région de 20 km sur 20 a pour capitale le petit bourg de Rostrenen, haut-lieu de la langue et de la culture bretonne. Menhirs, calvaires et chapelles aux pierres moussues vous cueillent au coin des bois.  Les petites routes tricotent leur chemin entre de vertes collines, des landes à ajoncs, de frais torrents.  Sur cette terre d’élevage, qui hier encore perdait ses habitants, la jeunesse revient peu à peu, retape les maisons de villages et se lance dans l’aventure du bio – sans bouder les vertus d’Internet. Pour découvrir ce pays celtique dans l’âme, plein d’énergie et un rien bohême, faites comme moi : laissez-vous entraîner par les korrigans!

1-Le bourg de Rostrenen

Rendez-vous du soir au Ti Devines, LE pub breton-irlandais du bourg.

Rostrenen est une étape obligée de la Redadeg, une course-relais de 2000 km qui promeut la langue et la culture bretonne. 

La Marianne de Christophe Milcent, sur la place de la République.

La danse Fisel typique de Rostrenen doit son nom au fisel, le lacet retenant la coiffe féminine du pays (photo d’archives). 

La fontaine Notre-Dame-du-Roncier, érigée en 1695 au pied de la collégiale.

En Bretagne, tout commence toujours par une légende. Rostrenen n’échappe pas à cette sacrosainte règle. Son nom  vient du breton Roz, le tertre et Draenen, la ronce. Un jour de décembre 1300, raconte-t-on, un rosier sauvage fleurit ici au coeur de l’hiver. Un habitant, étonné par le phénomène, fouilla l’arbuste et y découvrit une statue de la Vierge. On la déposa dans une chapelle d’où elle disparaissait, chaque nuit, pour retourner dans le buisson d’aubépines. Coquine! On se décida alors à construire un sanctuaire à l’endroit du roncier. Et les pèlerins accoururent de toute la Cornouaille. La vierge Notre-Dame-du Roncier était alors réputée guérir les crises d’épilepsie… De cette heure de gloire, le vieux bourg de Rostrenen a gardé une authentique patine historique, avec sa collégiale et sa fontaine,  ses maisons de granit, ses ruelles, ses murs de pierres tapissées de fougères. La petite capitale du Kreiz Breizh est aussi un haut-lieu de culture bretonne. Héritière de l’ancien Cercle celtique de Rostrenen, l’association La Fiselerie y organise chaque année en août le festival Fisel, avec festoù-noz, concerts et spectacles couleur locale.

2-La vallée du Doré

La vallée du Doré et  son chaos grantitique

Le Pont-Croix de Plouguernével marque l’entrée de la vallée du Doré

Le menhir de KerAllain, christianisé depuis 1896 (photo Dominique Desclos).

Au Buis Sonnant, on élève en bio vaches Pie Noir et porcs blancs de l’ouest.

L’équipe de la Ferme du Buis Sonnant à Plouguernével (photo DR)

Comme tout le centre Bretagne, le Kreiz Breizh est une région agricole, avec une forte prédominance d’élevage (bovins, porcs, volailles) et de cultures céréalières dédiées à l’industrie agrolimentaire. Mais si le modèle intensif reste majoritaire, de plus en plus d’exploitations locales se convertissent au bio. C’est le cas de la Ferme du Buis Sonnant à Plouguernével. Marion, Benjamin, Pierre-Yves, Garance s’y sont retrouvés autour d’un projet paysan axé sur l’élevage des vaches bretonnes Pie Noir et des porcs blancs de l’Ouest. Ils produisent en bio viande, jambon, pâté, fromages affinés, riz au lait onctueux et gwell (une sorte de lait fermenté), vendus en ligne dans les paniers Kreiz Breizh Terre paysanne ou sur le marché de Rostrenen. La grange se transforme aussi parfois en scène de théâtre! Après un tour à la ferme, poussez la balade au fil de la rivière du Doré, qui creuse son lit à travers un chaos granitique. Du petit pont à arches de Pont-Croix, un sentier balisé mène à travers bois jusqu’au menhir de Kerallain. Dominant toute la vallée, cet imposant bloc de granit (5,30 m. de haut!) a été fiché d’une croix en 1896. A l’époque, le clergé assurait quarante jours d’indulgences à ceux qui y récitaient un Pater et un Ave! 

2- Le canal de Nantes à Brest

Ici, mêmes les bornes sont en granite!

Balade sur le chemin de halage.

Un parcours rythmé de 236 écluses.

La maison éclusière du Moulin de Tronjoly, à Paule.

360 km, 236 écluses… Achevé en 1842 et inauguré par Napoléon IIIle canal de Nantes à Brest traverse la Bretagne intérieure de part en part. A sa création, ce chemin d’eau permettait d’approvisionner, depuis Nantes, les ports de Brest et Lorient face au blocus anglais. Il devait aussi pallier la médiocrité du réseau routier breton. La construction de l’usine hydro-électrique de Guerlédan, en 1930, a interrompu la possibilité de relier Nantes à Brest par le canal, officiellement rayé de la liste des voies navigables en 1957. Reste un chemin d’eau prisé des randonneurs en toute saisons. Pour découvrir le Kreiz Breizh au vert, on peut suivre le chemin de halage à pied ou à vélo sur quelque 70 km, de Pontivy à Carhaix. Entre deux écluses, on pousse la balade sur les rives du lac de Guerlédan (le plus grand de Bretagne). On découvre les ruines de l’abbaye de Bon Repos, ou des chapelles nichées dans les bois, comme celle de Lansalün à Paule. Et on fait halte à la crêperie La Rozell de Rostrenen pour déguster une galette à l’andouille de Guéméné ou une crêpe pomme/caramel/beurre salé. Miam!

 

3-Paule-Lansalün

Le barde à la lyre de Paule, daté du 1er-2e siècle.

La chapelle de Lansalün, un joyau de la Renaissance bretonne…

et son calvaire à l’automne.

Jessé, endormi, songe à sa descendance. Vitrail de la chapelle de Lansalaün à Paule, 1528.

Connaissez-vous le barde à la lyre? Cette statuette gauloise, haute de 43 cm, a été découverte en 1988 lors de fouilles menées au village de Paule, à 12 km de Rostrenen. Elle gisait dans des niveaux datés du 1er-2e siècle, à l’emplacement d’une forteresse celtique rattachée au territoire des Osismes, les Gens du Bout. Ce personnage porte un torque, un collier qui l’identifie à un guerrier celte de l’Âge de Fer. Plus étonnant, il tient sa lyre à l’envers et a les yeux clos, ce qui s’apparenterait à des attributs mortuaires pour les archéologues. Enfin son nez a été brisé : peut-être un acte volontaire de désacralisation, faisant suite au remplacement de l’ancienne aristocratie gauloise de la région par des familles gallo-romaines pro-césariennes après la défaite d’Alésia en 52 av.J.C. Avis aux curieux : la mairie de Paule conserve une copie de cette statuette (l’original est conservé dans un coffre-fort du Service régional de l’archéologie de Bretagne à Rennes). A deux pas, au creux des bois, on découvre un autre trésor : la chapelle de Lansalaün, datée du XVIe siècle. Elle renvoie au culte de Salaün, la version bretonne de Salomon. Son vitrail de l’arbre de Jessé est un des plus beaux de Bretagne. 

4-La Vallée des Saints

La vallée des saints et sa chapelle du XVIe siècle, classée monument historique.

Arrivé en Finistère du Pays de Galles au VIe siècle, Saint Conogan ou Saint Guénoc était prié pour guérir les fièvres (sculpture Olivier Levesque).

Archevêque d’Armagh en Irlande vers 518, Saint-Vougay ou Sant Nouga aurait traversé la mer de Bretagne vers 518 pour fonder un ermitage dans la forêt du Léon (sculpture Seenu Shanmugam). 

Natif d’Irlande, Saint Gonnery était invoqué par les marins au long cours (Sculpture David Puech).

Plus connu sous le nom de Santig Du (le petit saint noir), le moine franciscain Jean Discalcéat aurait dédié sa vie aux pauvres.

A 30 km à l’ouest de Rostrenen, sur une colline dominant les Monts d’Arrée, d’immenses statues se dressent, comme figées pour l’éternité. L’histoire de ce lieu un peu fou commence en 1988, sous l’impulsion du professeur de philosophie Philippe Abjean. Pour rendre hommage aux saints fondateurs bretons et à la dévotion populaire qui les accompagne, il décide d’élever mille statues monumentales, entre 3 et 4 mètres de haut, dans des blocs de granit . Le Carnac du XXIe siècle est lancé ! Aujourd’hui, une cinquantaine de statues se dressent déjà sur l’herbe, représentant des moines venus d’Irlande, du Pays de Galles ou de Cornouaille anglaise pour évangéliser la Bretagne. Chaque année, de nouvelles créations, signées de différents sculpteurs, rejoignent cette assemblée de pieux aventuriers. Le site de la Vallée des Saints n’a pas été choisi au hasard… Bâti sur une motte féodale, il abrite aussi une fontaine sacrée gauloise et une chapelle du XVIe siècle. Croyant ou mécréant, on sent des ondes ici!  

5- Le jardin d'eau de Maël-Carhaix

Jeu de reflets sur l’étang des Sources.

Héllébore ou rose de Noël au jardin d’eau de Maël-Carhaix

Le miroir des eaux incite à la rêverie.

Fleurs de cognassier.

L’ardoise bleue de Maël-Carhaix.

De Maël-Carhaix, à 10 km de Rostrenen, un sentier rejoind l’étang de la Source. C’est sur ce site de 25 hectares, entouré d’habitations, qu’a poussé le Jardin Kervezennec, un petit paradis aquatique aux couleurs changeant au fil des saisons. Créé dans les années 1990, ce jardin d’eau est géré par une association locale. Sentiers et passerelles de bois permettent de déambuler sur les lieux pour observer les plantes et les oiseaux aquatiques : grenouilles cachées sous les nénuphars, cols verts, foulques et poules d’eau nichés dans les roseaux. Les places dallées, l’escalier et le jardin minéral réalisés par l’artiste-plasticien Yvon Le Joncour mettent en valeur la belle ardoise bleue de Maël-Carhaix, extraite dans la région jusque dans les années 2000. Réputée au XIXe siècle pour sa qualité, celle-ci a aussi été utilisée pour des monuments comme le Parlement de Bretagne à Rennes, Saint Louis des Invalides, La Sorbonne, l’Assemblée Nationale …

6-L'enclos de Kergrist-Moëlou

L’église de Kergrist-Moëlou, XVIe siècle

Un petit coup d’oeil sur l’ossuaire.

Les stèles gravées et les ifs de l’enclos.

Le calvaire de 1578, restauré après la Révolution. 

L’Adoration des Mages.

A 10 km au nord de Rostrenen, l’église de Kergrist-Moëlou témoigne de la prospérité de la Bretagne à la veille du traité d’Union à la France en 1532. Entouré d’anciens ifs, dont certains âgés de plus de 700 ans, son enclos paroissial abrite d’émouvantes stèles gravées et un calvaire classé Monument Historique. Ce petit chef d’oeuvre fut construit en 1578 par le maître d’oeuvre Guillaume Jézéquel à la demande du baron de Pont-l’Abbé, dont la fille guérit d’une grave maladie après un pèlerinage. A l’origine, il rassemblait une centaine de personnages en granite de Kersanton représentant saints, anges cavaliers et démons. Mais en 1793, il fut en grande partie détruit par les révolutionnaires. Lors de sa restauration, ses personnages furent replacés dans le désordre. On reconnait toutefois certaines scènes, comme l’Annonciation, l’adoration des Mages ou encore la fuite en Egypte.

7- De Bon Repos à Guerlédan

L’abbaye cistercienne de Bon Repos, ancienne nécropole des Rohan, dévoile ses 800 ans d’histoire grâce à des tablettes numériques.

Bronzette sur la plage de Beau Rivage à Caurel.

Le canal de Nantes à Brest passe au pied de l’abbaye, restaurée depuis 1986 par une poignée de passionnés.

Randonnée sur les sentiers balisés du lac. 

Au coeur de la forêt de Quénécan

Douceur d’un soir d’été à l’anse Sordan.

Dans le Kreiz Breizh, il n’y a pas la mer, mais il y a le lac de Guerlédan! Ce vaste plan d’eau douce (c’est le plus grand lac de Bretagne) est né de l’inondation de la vallée du Blavet, lors de la création de la centrale électrique de St-Aignan, en 1930. Aujourd’hui, il marque la frontière entre les Côtes d’Armor et le Morbihan. Avis aux randonneurs, un sentier balisé de 40 km en fait le tour, découvrant au passage des lieux mythiques : les ruines de l’abbaye cistercienne de Bon Repos,  la forêt de Quénécan, les gorges du Daoulas ou les allées couvertes de Liscuis datant de 3000 ans avant J-C… Pour une vue panoramique, cap sur  Tregnanton, à l’ouest :  les landes, les ajoncs et les feuilles épaisses d’ardoise donnent à ce site un petit air irlandais. En contrebas, les bateaux accostent au ponton, dans une crique sauvageonne. L’été, on peut aussi se baigner ou louer canoës et pédalos sur les plages aménagées de Caurel, St-Aignan ou Mûr-de-Bretagne.

8- Les chemins de Mellionnec

La librairie Le Temps qu’il fait à Mellionnec, la meilleure à 45 mn à la ronde!

La chapelle Ste Auny à Mellionnec, au milieu des hortensias.

L’association Ty-Films oeuvre pour le film documentaire, par le biais de la diffusion, la création et la formation.

Ambiance champêtre aux Rencontres du film documentaire 2019 (Archives Ouest France).

Une balade Land Art au départ du village.

Le chant des mousses et des fougères. 

Il y a vingt ans, le village de Mellionnec, à la frontière du Morbihan et des Côtes d’Armor n’allait pas très fort : sa population vieillissait, les commerces avaient fermé… En 2007, plusieurs jeunes couples s’installent dans de vieilles maisons du bourg, qu’ils entreprennent de restaurer. Une bande de copains y lance des rencontres autour du film documentaire. Aujourd’hui, ce festival accueille quelque 3500 spectateurs chaque année et  l’association Ty Films qui l’anime emploie 10 salariés. Le village, qui compte désormais 420 habitants, a entamé sa renaissance. Il accueille désormais une école du cinéma documentaire, une épicerie bio, une auberge de jeunesse européenne et le café-librairie Le Temps qu’il fait, seule « vraie » librairie  à 45 mn à la ronde si l’on excepte la Maison de la Presse de Rostrenen, qui fait aussi du bon boulot ;). Les anciens bâtiments sont peu à peu rénovés, des chemins de rando sont aménagés…  

Informations

Infos hébergements, visites et activités sur le site de l’Office du Tourisme du Kreiz Breizh à Rostrenen et sur Côtes d’Armor Tourisme

Y ALLER

Depuis Paris, 486 km en voiture par la A11 ou en train, 4 h 20 de Paris-Montparnasse à Carhaix-Plouguer, avec correspondance à Guingamp. Infos sur Oui Sncf. En plein centre de la Bretagne, Rostrenen se situe à environ 1 heure de Paimpol, Brest ou Lorient.

Rostrenen

Maël-Carhaix

Abbaye de Bon Repos

Lac de Guerlédan

Kergrist-Moëlou

Vallée des Saints

Mellionnec

Vallée du Doré

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp