Impressions Cotentin

Millet, Boudin, Signac, Morisot ou Osbert et ses Dunes, le soir à Siouville… Ils sont nombreux les peintres du XIXe siècle, dont certains furent de grands voyageurs, a être tombés sous le charme des lumières du Cotentin. Petite exposition en peinture qui vous donnera envie de mettre vos pas dans les leurs.

Jean-François Millet

Jean-François Millet, l’auteur du très fameux Angélus est l’enfant du pays. Il est né le 20 janvier 1814 dans le Hameau de Gruchy « Mon village se trouve dans un petit pli du terrain aboutissant à a mer vis à vis du Nord». Aîné d’une famille nombreuse de paysans, son père l’encourage cependant dans son choix d‘une carrière artistique. Sa maison natale dont il a peint les environs, comme ce Hameau Cousin, est aujourd’hui un musée.

Jean-François Millet

Millet est l’un des pères fondateurs de l’école de Barbizon. Les paysages de la Hague lui offre cet élan romantique recherché où « les flots écument constamment contre les rochers noirs » écrit-il. Le long du Sentier des douaniers, entre Gruchy et le belvédère de Landemer une dizaine de panneaux présentent les lieux que le peintre a immortalisés parmi lesquels Les falaises de Landemer, Le castel Vendon (illustration) ou Le rocher du Castel.

IWILL

Marie-Joseph Léon Clavel, dont le pseudonyme est IWILL,  nait en 1850. Promis à une carrière de négociant comme son père, c’est après la guerre de 1870, durant laquelle il sert comme sergent, qu’il décide de se consacrer à la peinture. Grand voyageur aussi bien en France qu’à l’étranger, vers 1887, de passage dans la Manche, il peint cette Solitude le soir, Morsalines.

August Hagborg

Figure importante du courant naturaliste monumental de la fin du XXe siècle, Auguste Hagborg est né en Suède en 1852. Il partage sa vie et sa carrière entre la France et son pays natal. Il a souvent représenté des scènes côtières inspirées par le sud de la Suède, la Bretagne et la Normandie, comme cet Enterrement d’un marin dans un village de la Manche, en 1911. Durant les dernières années de sa vie, ses œuvres se détachent du naturalisme pour se rapprocher du symbolisme.

Paul Signac

Anarchiste à ses heures, inventeur du pointillisme, fondateur de la Société des artistes indépendants et peintre officiel de La Marine, Paul Signac c’est tout cela à la fois. Né en 1863, il commence à peindre dès l’âge de 17 ans et à 20 participe au premier Salon des Indépendants. En 1930, il loue une petite maison à Barfleur ; il représente les environs, dont Le phare de Gatteville.

Eugène Boudin

Eugène-Louis Boudin est né à Honfleur en juillet 1824. Considéré comme l’un des précurseurs de l’impressionnisme, il est l’un des premiers peintres français à sortir de son atelier pour aller peindre sur le motif, c’est-à-dire en extérieur. Grand peintre de marines, il vit entre Paris et sa Normandie natale où il représente des sujets liés à la mer et à ses rivages, comme cette vue de Saint-Vaast-la Hougue en 1892.

Antoine Guillemet

Descendant d’un armateur rouennais, Jean-Baptiste Antoine Guillemet est né le 30 juin 1841 à Chantilly. Peintre reconnu de son vivant, il fréquente nombre d’artistes et érivains comme Zola, Manet et  Courbet. Dans les années 1880, il découvre le Cotentin auquel il va consacrer de très nombreuses toiles. Ce port de Barfleur est présenté en 1896 au Salon des artistes français.

Alphonse Osbert

Né en 1857, Alphonse Osbert commence sa carrière comme peintre naturaliste. Mais vers la fin des années 1880,  son style change pour se rapprocher du symbolisme. Il mène alors des expériences sur la lumière comme ce Brouillard du matin peint en 1887 dans les environs de Flamanville ou comme les Dunes, le soir à Siouville (image d’ouverture) peint en 1889.

Henry Moret

Né à Cherbourg en 1856, Henry Moret peint surtout… La Bretagne, mais fait quelques exceptions pour sa terre natale comme ce Port de Diélette, basse mer en 1912. Ami des impressionnistes, il est l’un des représentants de l’École de Pont-Aven. Entre impressionnisme et synthétisme, il donne une vision très personnelle des paysages marins qu’il affectionne particulièrement.

Albert Marquet

Ce voyageur infatigable qui a parcouru la France, l’Europe, le Maghreb et le Proche-Orient se partage entre Paris et Alger. Né a Bordeaux en 1875 dans un milieu modeste, il vit rapidement et confortablement de son art. Il se consacre à la peinture de paysages, naturels ou urbains, appréciant les panoramas spectaculaires, comme ces Falaises de Flamanville. Homme discret et se livrant peu sur son travail, il reste inclassable et ses œuvres sont souvent étiquetées de «fauve modéré» ou d’ «impressionisme tardif». Bien qu’il soit présent dans de nombreux musées, il y occupe une place souvent secondaire.

Berthe Morisot

En 1870-1871, l’avancée des troupes prussiennes en Ile-de-France incite deux artistes à se réfugier à Cherbourg : Jean-François Millet, qui retrouve sa région natale, et Berthe Morisot, qui séjourne chez sa sœur. Cette grande dame de la peinture est née en 1841 à Bourges. Considérée comme une artiste à part entière par ses collègues masculins, elle est présente à la première exposition des peintres impressionnistes en 1874 ; elle y expose quatorze huiles, trois pastels et trois aquarelles dont Le port de Cherbourg.

Informations

 

L’office du tourisme du Cotentin

L’office du tourisme de la Manche

Le Musée Thomas Henry de Cherbourg présente de nombreux artistes qui ont été inspirés par les paysages du Cotentin. 

Et surtout n’hésitez surtout pas à pousser la porte de la Maison natale de Jean-François Millet.  

Découvrez bien d’autres peintres mais aussi toute la richesse de l’art en Normandie dans les nombreux musées de la région.

 

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp