Un LIVRE, UNE VOIX

Livre - E.M. Forster - Avec vue sur l'Arno

Avec vue sur l’Arno, E. M. Forster, éd. Robert Laffont

Lucy Honeychurch, comme toute jeune Anglaise qui se respecte, voyage accompagnée d’un chaperon. C’est « Baedeker » à la main qu’elles arrivent à Florence. Mais il y aura quelques imprévus…

Un extrait de 2 mn 31 lu par Jeanne Fichou

« — La Signora n’avait pas le droit de nous faire ça, dit Miss Bartlett, – non, pas le droit. Elle nous avait promis deux chambres au midi avec vue sur le paysage, et attenantes, or, ces chambres donnent au nord, donnent au nord sur une cour, et elles sont très loin l’une de l’autre. Oh ! Lucy !
— Et elle est cokney par-dessus le marché, dit Lucy qu’avait assombrie l’accent inattendu de la Signora. On se croirait à Londres.
Elle considéra la double rangée d’Anglais assis à table d’hôte ; entre les rangées d’Anglais, l’unique et bicolore rangée de carafes (eau et vin alternés) ; derrière les rangées d’Anglais, les portraits de feu la Reine et de feu le Poète Lauréat massivement encadrés ; enfin, seule autre décoration apparente, le tableau des offices anglicans (Rév. Cuthbert Eager, M. A. Oxon).
 
— Charlotte, n’avez-vous pas comme moi le sentiment que nous pourrions être à Londres ? Qu’il y ait tout un monde différent de l’autre côté des murs me semble à peine croyable. C’est la fatigue, je pense.
 

— Cette viande a déjà certainement servi à faire du potage, dit Miss Bartlett en posant sa fourchette.

— J’aurais tant voulu voir l’Arno ! Les chambres que la Signora nous avait promises dans sa lettre devaient donner sur le fleuve. La Signora n’avait vraiment pas le droit. C’est honteux.
— Le moindre coin eût suffi pour moi. poursuivit Miss Bartlett. Mais vous ! ne point avoir de vue, c’est vraiment dur !

Lucy eut le sentiment de s’être montrée égoïste :

— Il ne faut pas me gâter, Charlotte. Vos fenêtres aussi, bien sûr, doivent donner sur l’Arno. Je ne voulais pas dire autre chose. La première chambre libre sur la façade…
— … vous revient, dit Miss Bartlett à qui la mère de Lucy payait en partie les frais du voyage, générosité soulignée par la bénéficiaire en mainte allusion discrète.
— Pas du tout, c’est à vous qu’elle revient.
— Non, non, j’insiste. Votre mère, Lucy, ne me le pardonnerait jamais.
— Elle ne me pardonnerait jamais.
Le ton de ces dames s’était animé ; à dire jusqu’au bout la triste vérité, l’animation n’allait pas sans aigreur. Elles étaient lasses et, sous un masque d’altruisme, querelleuses. Leurs voisins de table échangèrent quelques coups d’œil et l’un d’entre eux – évidemment l’un de ces malotrus qu’on rencontre en voyage – se penchant par-dessus la table, s’introduisit sans gêne dans le débat. Il dit :
— J’ai une vue, moi. J’ai une vue. » (…)

Recevez chaque mois la Newsletter qui élargit vos horizons !

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Retour haut de page

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp