Un LIVRE, UNE VOIX

Madame Bâ, Erik Orsenna, éd. Le Livre de Poche

Née en 1947 sur les bords du fleuve Sénégal, Madame Marguerite Bâ raconte son enfance émerveillée au bord du fleuve, l’amour que lui portait son père, l’apprentissage au contact des oiseaux…

Un extrait de 2 mn 42 lu par Jeanne Fichou

« Un soir, au retour de la petite ville voisine, Médine, s’éleva, devant le capot bleu de notre 203 Peugeot, un nuage. Assez sombre pour en saisir les contours. Assez clair pour distinguer au travers le rouge du soleil finissant.
— C’est un djinn, murmura Manama.

Elle tremblait.
Mes frères et sœurs se jetèrent en hurlant sur le plancher rouillé de la voiture au risque de l’effondrer, une bonne fois, sur la route. Moi, plus curieuse encore que peureuse (trait de caractère qui m’est resté et rend si forte l’envie de visiter votre France, pays de la plus grande diversité, d’après ce qu’on dit), demeurai à mon poste, à droite d’Ousmane, ma tempe contre son épaule, mon menton bien calé sur la banquette avant.

On aurait dit une fumée, jouet d’un courant d’air. Mais aucun mouvement, pas le moindre, n’agitait alentour les feuilles menues des acacias.

La drôle de fumée bougeait toute seule. Elle s’étirait, se courbait, se tordait, partait en vrille, disparaissait pour revenir l’instant d’après. Capricieuse, ivre d’elle-même. Une danseuse sans maître, uniquement occupée de sa fantaisie, d’enchaîner les formes, les figures. Voyez comme je suis. Telle et telle, et encore autre si je veux. Une musique lancinante accompagnait le ballet, des piaillements brefs, aujourd’hui je dirais des cris de plaisir.

Quand la fumée finit par s’évanouir, Manama revint à la vie.

— Rendons grâces à Dieu, le djinn nous a épargnés.

En bonne cuisinière, elle n’avait pas sa pareille pour mélanger les religions. Allah, les esprits, la Vierge Marie catholique…
Mon père ralluma le moteur. Je ne le quittais pas des yeux. Il se tut un long moment, tout à sa conduite. Et puis, sa bouche s’ouvrit. On aurait dit qu’il hésitait encore à parler.
— Bien sûr, vous aurez tous reconnu les tisserins. On distingue les tisserins minulle, les fronts blancs, les orangés, les gendarmes, les noirs de vieillot… Et je ne les connais pas tous. Ils se réunissent à mille, ou plus, pour voler ensemble. Cette espèce aime s’amuser avant la nuit.
— Mais alors, demanda la toute petite voix de ma plus jeune sœur, Awa, il n’y avait pas de djinn ?
Dans le rétroviseur, mon père se contenta de nous sourire. Ma mère se mordait les lèvres et regardait ailleurs. » (…)

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Retour haut de page

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp