Un LIVRE, UNE VOIX

Le vieux qui lisait des romans d’amour, Luis Sepulveda, éd. Seuil.

Antonio José Bolivar Proano connaît la forêt amazonienne, il a vécu avec les Indiens, il est le seul à pouvoir chasser le félin tueur d’hommes. Une plongée dans un enfer vert peuplé de mystères…

Un extrait de 1 mn 05 lu par Jeanne Fichou.

« Sous les grandes feuilles d’un bananier sauvage, il trouva les empreintes bien marquées des pattes de l’animal. Elles étaient grandes, presque de la taille d’un poing d’homme adulte et, à côté de ces traces de pas, il releva d’autres détails qui lui parlèrent du comportement de l’animal.

La femelle ne chassait pas. Les tiges brisées autour des empreintes de pattes étaient contraires à la manière de chasser de n’importe quel félin. La femelle agitait la queue, frénétique jusqu’à l’imprudence, excitée par le voisinage de ses victimes. Non, elle ne chassait pas. Elle se déplaçait avec la certitude d’avoir affaire à une espèce inférieure.
Il l’imagina à cette même place, amaigrie, haletante, angoissée, yeux fixes, regard pétrifié, tous muscles bandés et la queue battant avec sensualité.
– Bien, ma bête, maintenant je sais comment tu te déplaces. Reste à savoir où tu es.
Il avait parlé à la forêt et seule la pluie lui répondit. » (…)

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Retour haut de page

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp