Escales cap-verdiennes

De Sao Vicente à Santo Antao

Voyage Grand format

DOUCEUR TROPICALE, VILLAGES ARC-EN-CIEL, OCÉAN EN PANORAMIQUE… EN ROUTE POUR LES SENTIERS VERTIGINEUX DE L’ARCHIPEL DU CAP VERT!

Une anse blonde surlignée de bleu, des enfants qui plongent en riant dans les vagues, des barques de pêche couchées sur le sable, la plage de Baia das Gatas est la carte postale de l’île de Sao Vicente, au Cap-Vert.  Elle a aussi son institution : l’Archote, une guinguette en front de mer, où se retrouvent touristes et locaux le week-end. Au son d’un petit orchestre, on y danse sous les lampions. Batutefunanacoladeira, les musiciens enchaînent des airs du répertoire traditionnel. Mais ça ne manque jamais : aux premiers accents de Sôdade, la nostalgie s’empare des cœurs. C’est cette chanson qui fit connaître à travers le monde Cesaria Evora, disparue en décembre 2011. « Elle était une fille d’ici», s’attendrit Julio Montejo, chauffeur poids-lourds et compositeur à ses heures.

Nul mieux que la « Diva aux pieds nus » n’a chanté le Cap Vert, cet archipel volcanique émergeant des eaux de l’Atlantique, à 400 km au large du Sénégal. Conquises par les Portugais au XVe siècle, peuplées d’esclaves noirs, ses dix îles sont longtemps restées terres d’exil et de passage pour les navires. Depuis l’indépendance du pays, en 1975, le niveau de vie peine à progresser. Mais l’arrivée de l’électricité dans les villages et la création de petits hôtels et gîtes ont timidement ouvert la porte au tourisme. Le voyage débute à Mindelo, port mythique de l’île de Sao Vicente, à 6 heures d’avion de Paris. La dernière escale pour s’avitailler en frais avant la traversée de l’Atlantique vers le Brésil…

PARTIR AU CAP VERT

Avec Nomade Aventure, qui propose 7 séjours-rando sur l’archipel, dont « Les îles au vent », 8 jours de Sao Vicente à Sao Antao, avec logement en petits hôtels et gîtes.

Cap-Vert - Baignade sur la plage de Baia das Gatas, à Sao Vicente

Baignade sur la plage de Baia das Gatas, à Sao Vicente.

Cap-Vert - Pêche du jour au marché aux poissons de Mindelo

Pêche du jour au marché aux poissons de Mindelo.

Au pied de la tour de Belem, réplique de sa sœur lisboète, l’avenue du bord de mer rappelle le temps révolu des colonies. Salpêtre et moiteur tropicale. A même le trottoir, les marchandes cariocas déplient leurs étals d’ignames, de manioc, de fèves. On s’attarde sous la halle aux poissons, où les employés dépècent d’énormes thons, avant d’explorer la ville: rues pavées en damier, églises aux frontons immaculés, maisons peintes de couleurs pastel, balcons de fer forgé… Naguère, seuls les gens bien chaussés pouvaient traverser la Praça Nova, à l’ombre des flamboyants en fleurs ; les va-nu-pieds, eux, devaient passer au large. Aujourd’hui, tout le monde a adopté les tongs !

A une heure de mer en ferry, l’île voisine de Santo Antao est le jardin de l’archipel. Chapelet accroché au pare-brise, le 4X4 file sur la vertigineuse route de la Corde, qui dévide crêtes escarpées et falaises à-pic sur l’océan. Cap au nord, vers le petit port de Ponta do Sol. Une église à fronton blanc, de larges rues en damier, une jetée noire tournée vers le large : le village a connu son heure de gloire au XVIIIe siècle, quand les Portugais étaient les maîtres de l’archipel. Aujourd’hui, les habitants y vivent de la pêche. 

Pascale Desclos journaliste portrait

Le mot de Pascale

« Les îles du Cap Vert ont la musique au coeur. Une guitare, un violon, un conga, quelques paroles, et c’est parti pour un concert improvisé. Et peu importe si on ne connait pas les pas de la mazurka ou de la coladera. Là-bas, j’ai aimé danser sous les étoiles! »

Chaque jour, quand les cloches sonnent midi à l’église, les hommes sont de retour du large pour vendre bonites, mérous et dorades sur la plage… Tout autour, les montagnes et les vallées appellent à la balade. Notre guide pour l’aventure ? Paulo Dias, un fils de marin qui a choisi de rester sur son île pour la faire découvrir autrement. « Tut de drèt, tranquillo… » Sur les sentiers de Santo Antao, on se salue dans le créole des îles. Ici, tout le monde marche, plusieurs kilomètres par jour : femmes tressées à l’africaine, portant des ballots en équilibre sur la tête, paysans tirant de petits ânes gris, ribambelles d’écoliers en tongs et blouses. Comme une ligne de vie entre les champs et les villages, les chemins pavés de basalte noir longent la falaise sans quitter l’océan des yeux. 

Recevez chaque mois la Newsletter qui élargit vos horizons !

Cap-Vert - Maisons traditionnelles et cultures en terrasses, dans la vallée de Pau à Santo Antao

Maisons traditionnelles et cultures en terrasses, dans la vallée de Pau à Santo Antao.

« Ces milliers de petits cubes noirs, légèrement biseautés, ont été taillés un à un dans la lave refroidie et posés à l’équerre par les artisans locaux: un travail de titan, qui évite les éboulements de terrain pendant la courte saison de pluies, en août-septembre », explique Paulo. Arrimé à un éperon rocheux, le village de Fontainhas apparaît dans un éblouissement : une poignée de maisons bleues, jaunes, vertes, posées en équilibre au bord du vide. Cultivés avec soin, des carrés d’ignames, de bananiers, de patates douces dégringolent en terrasses jusqu’à la rivière, dans une coulée verte. En contrebas, roulent les vagues de l’Atlantique. Au fil du chemin, d’autres hameaux offrent des escales rafraîchissantes. Sur la plage de sable noir de Cruzinhas, on pique une tête dans les rouleaux. Sur la place de Cha de Igreja, les chiens rêvassent au pied de l’église. A deux pas, la maison d’hôtes de Maria Teresa accueille les randonneurs : au menu, poisson grillé et couscous de maïs, sur le toit en terrasse.

Plus loin, la vallée de Pau, où coule l’unique rivière permanente de l’île, est le paradis des palombes. Etagées en terrasses, les plantations se succèdent : canne à sucre, manguiers, bananiers, caféiers. Partout, l’eau court dans les levadas, ces bassins et canaux d’irrigation hérités du Portugal, qui guident l’eau des montagnes vers les parcelles. On s’arrête pour cueillir des goyaves sauvages, mûres à point. On apprend à reconnaître l’arbre-dragonnier et le sisal, dont les feuilles protègent le toit des maisons. A Pico Antonio, on boit aussi le meilleur café du monde. Avant de le savourer, il faut torréfier les grains à la poële, les moudre au pilon, les filtrer doucement à l’eau… Plus à l’ouest, un gigantesque escalier de pierre grimpe en S jusqu’au sommet de la Bordeira do Norte, à 1500 mètres d’altitude. Falaises veinées de pierre ponce, tapis de bruyère sauvage, le paysage se fait minéral. Ici, on marche sur le territoire du volcan qui a forgé l’île de Sao Antao. Avec l’océan pour horizon.

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Cap-Vert - Le vertigineux sentier pavé qui grimpe au sommet de la Bordeira do Norte, sur le toit de Santo Antao.

Le vertigineux sentier pavé qui grimpe au sommet de la Bordeira do Norte, sur le toit de Santo Antao.

Partir AU CAP VERT

Avec Nomade Aventure, qui propose 7 circuits-rando dans l’archipel, dont « Les îles au vent », 8 jours de Sao Vicente à Santo Antao. De niveau dynamique, les marches exigent une bonne condition physique, en raison des reliefs escarpés et du climat chaud.

Vol AR Paris-Sao Vicente via Prai sur TACV, la compagnie régulière capverdienne. 

BONNES PISTES :

A Mindelo, sur l’île de Sao VicenteKira’s Boutique Hotel, un petit hôtel aux couleurs de l’île, avec patio et piscine, près de la plage de la Laghuna. Au restaurant Associaçao dos Maritimos de Cabo Verde, on déguste filets de poisson grillé et salsa verde sous les lampions, dans une villa créole aux couleurs bonbon.

A Ponta do Sol, sur l’île de Santo AntaoKasa Tambla, un chaleureux petit hôtel avec vue sur le port et l’océan. Au village, plusieurs petits restaurants familiaux proposent des recettes des îles, comme la traditionnelle cachupa, sauté de porc au maïs et aux haricots.

A LIRE. Cap Vert, le guide-découverte, éditions Olizane

Recevez chaque mois la Newsletter qui élargit vos horizons !

Le nouveau livre de

Jean-Philippe

COMPLICITÉS ANIMALES

 

70 histoires vraies qui parlent

d’empathie, d’entraide et

d’amitié.

 

Retour haut de page

Partagez...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp